Speed dating entre candidates aux regionales et lycéennes 19 janv. 2016

Des lycéennes (principalement de la classe de prépa sciences-po du lycée Maillol) et étudiantes sont allées à la rencontre des candidates aux élections régionales. Une ambiance conviviale et studieuse a marqué cette soirée très originale et on l'espère formateur pour toutes les jeunes femmes présentes.

1. Les lycéennes ont axé essentiellement leurs questions sur les inégalités femme/homme. Inégalités en terme de salaire, de formation, de recrutement où l'accession à certains postes à responsabilité reste un combat quotidien. Comment améliorer la situation des femmes  à travers la politique régionale ?

Elles se sont donc intéressées aux propositions des candidates et à ce qui les différenciait des autres partis. L'accent a été mis sur la prégnance des hommes qui détiennent le pouvoir et n'ont aucune envie de le partager. Elles ont également décliné certaines de leurs propositions ainsi que leurs exemples respectifs.

Certaines lycéennes ont porté leur attention sur les lois existantes, telle la parité et sa déclinaison effective dans la réalité politique et le monde professionnel notamment.

2. Ce qui ressort également de ce moment c'est la mosaïque de profils chez les jeunes, miroir de notre société. Certaines jeunes filles se vivant dans le pays des bisounours, persuadées que tout est possible, tout est permis, tout est facile et nous sommes dans un monde égalitaire femmes/hommes. D'autres, à contrario, vivent des discriminations fortes dans leur quotidien, de par leurs origines notamment. Origine territoriale, origine religieuse, origine ethnique, origine sociale.

Des clichés récurrents sur la femme et sa place dans la société sont véhiculés avec force. Ces jeunes filles en sont la preuve vivante. La question du harcèlement, de la publicité et de l'affichage sexistes vécus par les jeunes de manière violente ont été également soulignés avec une attente de la part des politiques rassemblées ce soir.


Alors que faire face à ce constat ?

Nous retiendrons pour la liste du Nouveau Monde, une attention au respect de la loi et des acquis, la mise en place d'un plan d'action dans les collèges et les lycées, la professionnalisation du personnel des associations de femmes pour la prévention ainsi que la mise en place d'un observatoire sur les inégalités Femme/Homme.

La liste "Les Républicains" défend un programme s'adressant à tous et revient sur les compétences de la région: transports, lycées, formation professionnelle, développement de l'emploi et implication des entreprises dans l'apprentissage. Concernant le problème de l'égalité homme -femme, la candidate rappelle l'application des lois déjà existantes, la parité notamment tout en concédant qu'une femme doit encore et toujours faire ses preuves et travailler le double pour accéder aux mêmes postes que les hommes. Pas d'engagement particulier au nom de sa liste, les mentalités ont changé mais le chemin est encore long.

La liste CDC pointe les inégalités femme -homme dans le monde professionnel. La parité est imposée par la loi mais elle devrait davantage tenir compte des compétences de chacun(e). Pas de proposition concrète sur le sujet de cette soirée.

La liste "Citoyens du Midi" s'appuie sur la démocratie participative, la démarche citoyenne et la mobilisation de tous sur le terrain et notamment des jeunes et des femmes. Les candidates s'engagent à une vigilance accrue au niveau des salaires, à l'apport d'une aide spécifique aux femmes qui travaillent dans les associations.

La liste PS représentée par la secrétaire nationale MJS, souligne dès le départ, la parité existante au sein de leur liste contrairement à d'autres partis qui préfèrent payer une amende. Elle pointe également les différentes actions menées par les 3 présidents socialistes de région, notamment la création de la commission des femmes.  Elle même, responsable de l'observatoire des femmes, continue à mener réflexion et actions en direction des jeunes et des femmes. Un travail de pédagogie, de campagnes et de travail auprès d'associations, de collectifs, va se pérenniser. Elle note, malgré les difficultés, un changement dans le regard médiatique et le regard des politiques avec une évolution positive.

Réactions à chaud

Marie